index     auteur   galerie  
  table des matières   contacts   forum   liens  

" Le cheval oublié " est le nom de ce site internet mais aussi c'est le titre d'un travail de thèse de doctorat soutenu en janvier 1981 à l'Institut d'Etudes Politiques de Grenoble. Cette recherche est un essai sur les relations politiques de l'homme et du cheval en France de 1614 à 1914. Les travaux de recherche ont été conduits de 1976 à 1980 sous la direction de François d'Arcy, Professeur de Science Politique et agrégé en Droit Public.

Ce site " le cheval oublié " est dédié aux chercheurs sur l'histoire du cheval, de l'élevage du cheval et de la cavalerie.

Ces analyses sur les relations de l'homme et du cheval en France proposent des reflexions qui peuvent servir à tous les historiens de l'équitation afin de renouveler les recherches en France et dans le monde dans les archives privées et publiques. Ce site est donc un séminaire ouvert et permanent qui permet à toutes les personnes de s'associer aux échanges de travaux, d'idées et de références sur la théorisation de la conduite du cheval , de l'élevage des chevaux et de la cavalerie. " Le cheval oublié " est donc un texte qui peut recevoir des remarques, critiques et compléments pour enrichir ce site de reflexions partagées. Le sujet est ici circonscrit aux problématiques françaises du XVII° au XX° siècles mais il peut être élargi aux recherches conduites sur d'autres contextes géographiques et historiques.

Les réflexions sur l'équitation, notamment sur l'équitation classique offrent un ensemble d'hypothèses nouvelles pour appréhender les conceptions du pouvoir et de la politique. En effet ceux qui vont théoriser l'équitation sont ceux qui vont simultanément élaborer une théorie du pouvoir absolu, notamment monarchique. Ces conceptions politiques, celles de l'autorité et de la souveraineté, ont constamment recours à des images et des symboles de la culture équestre. Le cheval comme animal politique, est passé de mode dans les sphères du pouvoir. Il convient de comprendre les périodes de l'histoire moderne où il occupait une place déterminante dans l'organisation sociale, économique et militaire.

Bien sûr des recherches sur les périodes précédentes seront continuées notamment sur les XV° et XVI° siècles. Des liens internet seront organisés avec les sites de recherches sur la chevalerie afin de mieux comprendre les filiations pratiques et théoriques entre l'institution chevaleresque et l'établissement de la noblesse.

Il est aussi très important d'étudier son effacement progressif de l'environnement politique professionnel et agricole depuis un siècle. Cette histoire reste à écrire. Ce site peut réunir des contributions sur le XX° siècle. L'organisation des sports équestres, l'évolution de l'enseignement de l'équitation et le développement du tourisme sont autant de thèmes de recherche qui doivent être traités complétement dans les prochaines années. Ces travaux peuvent être organisés en Europe et dans les autres pays où l'on constate une culture équestre forte et ancienne.

Ce site de débats souhaite retenir comme hypothèse de recherche, le rôle politique du cheval pour comprendre les développements nombreux des théories relatives au dressage et élevage du cheval comme du commandement des troupes à cheval. Il nous semble que la manière avec laquelle le cheval est monté par les hommes détermina une culture de l'autorité et un type de comportement pour le commandement qui influença l'appréhension du gouvernement des autres. Il ne s'agit aucunement dans de ce site de valoriser une quelconque idéologie politique, passée ou présente, au service de telle ou telle cause. Non. Ce site est le lieu de rencontre des chercheurs, cavaliers ou pas, français ou non, universitaires, professionnels ou amateurs, qui reconnaissent l'importance de mettre en commun leurs questionnements sur ce que fut la culture équestre.

Naturellement les travaux qui sont présentés ici sont largement susceptibles d'être améliorés tant ils révèlent une écriture d'étudiant et des faiblesses nombreuses dans les recherches conduites en 1978 et 1979 à la Bibliothèque Nationale, rue Richelieu à Paris. Il y a de nombreux fonds publics et privés à explorer encore. Il s'agit encore de travaux considérables qui peuvent être ouverts par des étudiants et toutes les personnes intéressées. Depuis vingt ans de nombreuses initiatives de qualité ont été prises par les membres de la petite communauté de chercheurs qui autour de Jean Pierre Digard, directeur de recherche au CNRS, ont réalisé un colloque à Avignon en 1988 sur les sciences sociales et l'équitation. Mais aussi les travaux autour de Daniel Roche, Professeur d'histoire à L'EHESS et l'association pour l'académie d'art équestre de Versailles.

Des chercheurs nombreux ont édité des travaux, comme Frédéric Cherchève, Lucien Clare, Jacques Mulliez, Jean Lagoutte, Bernadette Lizet, Nicole de Blomac. Il y a aussi toutes les initiatives ouvertes et soutenues par L'Ecole Nationale d'Equitation à Saumur, depuis longtemps et en particulier avec le Général Pierre Durand et son responsable des recherches qu'est Patrice Franchet d'Espérey. Toutes ces personnes contribuent avec les responsables de l'élevage français, de l'histoire militaire, de l'enseignement de l'équitation, comme sport ou non, à conserver une mémoire sur l'art équestre et cette manière très singulière de le dresser qui révèle aussi dans notre histoire une représentation étonnante, sinon oubliée, pour nos contemporains des rapports de pouvoir entre les humains.

Ce site " le cheval oublié " est dédié aux personnes qui veulent reprendre des reflexions précises et communes pour comprendre et faire connaître cette culture équestre et les acteurs de son développement historique et contemporain.

De nombreuses et exceptionnelles contributions doivent être évoquées pour reconnaître ici les mérites incalculables d'écuyers, d'officiers, d'universitaires, d'éleveurs, d'écrivains pour réunir et transmettre des informations, des témoignages et des recherches sur les relations de l'homme et du cheval. Qu'ils soient remerciés et félicités pour les efforts souvent solitaires qu'ils conduirent inlassablement pour donner à la prospérité une idée et un sentiment de ce qu'ils jugèrent être universellement la qualité des relations de l'homme et du cheval. Il faut citer ici les personnalités extraordinaires comme Mennessier de la Lance, André Monteilhet, Michel Henriquet, Jean Louis Gouraud, mais aussi Lily et Jean Froissard, Pascal Marie, Denis Bogros, Renée de Lubersac, André Guillotel, ainsi que Yves Bienaimé. Il ne faut pas oublier.

Ce site " le cheval oublié " est donc l'occasion d'un séminaire permanent qui est rendu ici possible par l'introduction générale des débats. Les liens internet façilitent ainsi l'accès à d'autres sites sur des recherches comparables dans le monde. Ce site crée aussi la possibilité de correspondre par e-mail directement avec l'auteur et tous ceux qui souhaitent partager leurs reflexions sur l'histoire et l'avenir des relations de l'homme et du cheval.